Photos : 1. Sipac avant l’incendie - 2. L’incendie a tout détruit -3-4. Les habitants récupèrent ce qui pourra se revendre - 5. Un cluster (groupement de compteur) de TPA détruit - 6. Six mois plus tard, Sipac reprend vie

Incendie à Sipac : tout est détruit

Sipac (Manille, Philippines) - 26 août 2010

26 août 2010. 18h30.
Les sirènes des casernes de Manille se mettent à sonner. A Navotas, un incendie d’une énorme violence a démarré. Il fait presque nuit, il pleut et pourtant le brasier s'enflamme. Le bidonville de Sipac est prisonnier des flammes. La zone, construite sur pilotis, est principalement en bois : une proie idéale.
Quelques minutes plus tôt, alors qu'un homme cuisinait au charbon dans sa maison, deux jeunes transportaient des bidons d'essence pour alimenter les bateaux de pêche à proximité. Dans cette partie de Manille, la pêche se fait à la dynamite, de manière illégale. Soudain une explosion. En 30 minutes, le site est détruit. Après 4 heures de lutte, les pompiers venus de tout Manille parviennent à éteindre le feu.
Les 3 500 familles ont réussi à évacuer la zone à temps et contemplent désormais, désemparées, ce qu'il reste de leur maison. Rien. Si ce n'est les pilotis noircis qui sortent de la mer.
Un incendie qui aura emmené avec lui 7 vies.

27 août.
Prendre conscience de l'ampleur des dégâts : le quartier n’existe plus. Le réseau d'eau créé par l’entreprise sociale TPA a été détruit. Il ne reste plus rien mis à part l’un des 2 compteurs généraux et l’un des 6 clusters (regroupement de compteurs), mais qui ne sont plus utilisables et qui doivent être récupérés avant que les pièces ne soient volées.
Faire face : l'urgence commence. Gérer toutes les familles déplacées, les aider à se nourrir, se reloger, s’habiller. Ils ont tout perdu. Les ONG et le gouvernement s'organisent pour venir en aide aux victimes.

Six mois après l'incendie, Sipac commence à revivre. Quelques maisons ont été reconstruites. Habiter sur les ponts n'est désormais plus permis et la mairie veille à ce que personne ne s'y installe. En attendant l’évolution de la situation, TPA a continué la distribution de l’eau au tuyau pour les 35 familles revenues dans le quartier. Après des discussions avec l’opérateur d’eau Maynilad Water Services Inc. et la communauté, il a été décidé de raccorder les familles directement au réseau de Maynilad. Eau et Vie a cessé ses activités à Sipac le 5 mars 2012.