Des zones vulnérables au feu

Dans les quartiers urbains précaires, les incendies sont FREQUENTS et RAVAGEURS.

Les maisons étant généralement construites avec des matériaux hautement inflammables (tôle, bois, contreplaqué, carton…), elles partent rapidement en fumée. Les incendies se propagent très rapidement en raison de la densité, de la promiscuité de l’habitat et de l’exiguïté des ruelles. Les sites sont de fait très difficiles d’accès aux pompiers.
Les causes d’incendie sont multiples : les réseaux électriques, les feux de cuisine, le stockage de matériaux inflammables ou parfois des actes criminels afin d’expulser les habitants de la zone. Ces incendies provoquent la destruction de quartiers entiers. Ils sont des évènements autant redoutés que les catastrophes naturelles : en quelques minutes, les familles peuvent perdent le peu qu’elles ont.


La réponse d'Eau et Vie

Là où les pompiers professionnels de la ville ne peuvent intervenir, Eau et Vie apporte des équipements et dispense des formations à la lutte contre l’incendie pour la communauté. Lors de la construction du réseau d’eau, Eau et Vie INSTALLE DES BORNES INCENDIE dans le quartier, PROCURE DES EQUIPEMENTS ADAPTES (extincteurs, équipement de protection) et FORME REGULIEREMENT DES POMPIERS VOLONTAIRES en partenariat avec des pompiers professionnels locaux et internationaux. Dans chaque quartier précaire, les pompiers volontaires sont regroupés en brigades et assurent la sécurité civile du quartier.

Pour chaque quartier d’intervention, Eau et Vie vise :

  • La formation d’1 pompier volontaire pour 30 familles ;
  • L’installation d’1 borne incendie pour 80 familles ;
  • La mise à disposition d’1 extincteur pour 50 familles ;
  • L’organisation de sessions de formation 2 fois par an.
  • L’exécution d’exercices d’entrainement mensuels.
  • La majorité des feux maitrisés.

Associations locales

Les 3 associations locales, Water and Life Philippines, Water and Life Bangladesh et Eau et Vie Côte d’Ivoire travaillent en partenariat avec les brigades de pompiers locales et des associations spécialisées dans la lutte incendie.

Dans les pays en développement, les incendies affectent les moyens de subsistance des habitants beaucoup plus durement que dans les pays riches et « assurés ».

Un petit incendie peut faire beaucoup plus de dégâts dans un pays en développement qu’il ne le ferait dans un pays riche.

Source : Centre Mondial de Surveillance des Incendies (GFMC)

2 000 personnes ont été tuées et 49 milliards de dollars perdus dans 339 incendies de grande envergure depuis 1970, ce qui fait des feux l’une des catastrophes les plus ruineuses au monde.

Source : base de données internationale sur les catastrophes de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et du EMDAT-CRED