L’assainissement : un défi gigantesque

L’explosion démographique des mégalopoles est rarement accompagnée par la mise en place d'infrastructures d’assainissement adaptées. Cette situation est d’autant plus critique dans les quartiers précaires à forte densité, où les risques de transmission des maladies sont décuplés. Dans ces quartiers, certaines familles disposent de leurs propres toilettes à domicile, mais sans système efficace de vidange des fosses. Les autres utilisent des latrines collectives rarement entretenues ou, à défaut, font leurs besoins en plein air. La durée de vie moyenne de ces latrines varie entre 6 et 24 mois, ce qui représente un coût pour les familles et un risque élevé d’utilisation de toilettes non hygiéniques. L’absence de systèmes d’évacuation des eaux engendre une stagnation des eaux usées et des eaux de pluie, ce qui favorise la propagation de nombreuses bactéries et augmente les risques de pollution environnementale .


La réponse d'Eau et Vie

L’accès à l’eau étant étroitement lié à l’assainissement, Eau et Vie a développé une approche globale pour améliorer les conditions de vie dans les quartiers d’intervention. Les équipes locales dressent tout d’abord un diagnostic des services d’assainissement existants (état des lieux, acteurs présents, stratégies existantes…), par zone d’intervention. En lien avec les services de la ville, l’opérateur en charge de l’assainissement et la communauté, Eau et Vie étudie ensuite des « solutions » adaptées et durables pour les toilettes, la bonne gestion des eaux noires (issues des latrines), pour l’évacuation des eaux grises (issues des cuisines, douches, etc.) et des eaux de pluie.
L’ONG installe UN SYSTEME DURABLE D'EVACUATION DES EAUX et COMPLETE LES EQUIPEMENTS DE LATRINES , en mettant en place des activités telles que la cimentation des allées, la réhabilitation des toilettes et la construction de complexes sanitaires. Pour assurer la pérennité de ces installations, celles-ci sont gérées et maintenues par l’entreprise sociale locale qui fournit également les services d’accès à l’eau et de gestion des déchets. En parallèle, des séances de sensibilisation sont organisées auprès de la communauté au sujet des latrines hygiéniques, du lavage des mains et de l’hygiène menstruelle.

Le service d’assainissement mis en place par Eau et Vie permet ainsi de :

  • Réduire les risques de contamination et de transmission des maladies ;
  • Améliorer les conditions d’hygiène des habitants, en particulier celles des femmes ;
  • Améliorer les conditions de sécurité des habitants et notamment des femmes et fillettes sujettes aux agressions nocturnes ;
  • Améliorer l’intimité des usagers par l’accès à des espaces de douche privatisés ;
  • Réduire les inondations grâce au drainage des eaux de pluie ;
  • Réduire la pollution environnementale via une bonne gestion des eaux usées.

Associations locales

Les associations locales, Water and Life Philippines, Water and Life Bangladesh et Eau et Vie Côte d’Ivoire , travaillent en partenariat avec les autorités locales et des professionnels du secteur pour réaliser les projets d’assainissement, en réponse aux besoins spécifiques des quartiers.

Projet pilote de toilettes au Bangladesh:

Un projet pilote de réhabilitation des latrines a démarré au Bangladesh ! Après un long travail d'étude de la situation initiale (durée de vie moyenne des toilettes d'environ 6 à 24 mois, jusqu’à 40 à 50 usagers par toilettes et des toilettes dans la grande majorité "hors d'usage), des solutions techniques envisageables (densité de population, faible espace et aspects culturels) et d'échanges avec la communauté (attentes, capacités de paiement pour le service...) et les autorités locales, trois types de blocs sanitaires ont été sélectionnés pour ce projet : un bloc public, le bloc sanitaire d’une école et un bloc familial. Ce dernier a été réhabilité début 2017. Le lot initial de 3 toilettes, dont 2 étaient utilisées, desservait quelques 80 personnes, soit une toilette pour 40 personnes. Il s'agissait de toilettes non entretenues, sans accès à l'eau ni à l'électricité, et non adaptées aux personnes à mobilité réduite. La fosse à laquelle étaient reliées ces toilettes n’était en outre jamais vidangée. Le lot final comprend 9 toilettes pour environ 100 personnes, soit une toilette pour 11 personnes, 2 urinoirs, 2 lavabos et 2 espaces douche. La solution Biofil (basée sur le vermicompost) a été retenue. L'espace, sécurisé, est éclairé avec une lampe solaire , entretenu par un agent (en plus des usagers), agrémenté de jasmin (pour les odeurs et l'aspect), accessible aux personnes à mobilité réduite et doté d'un réseau d'évacuation des eaux grises. Le coût hebdomadaire pour les familles s'élève à 21 Taka (21 centimes d'Euro). Il est payé en même temps que la facture d'eau et le service déchets.

Plus qu’une solution technique, c’est surtout l’innovation dans la façon de gérer ces toilettes sur le long terme qui est testée ici. Des rencontres sont organisées avec les communautés et les acteurs du développement locaux afin de les impliquer et de les accompagner dans les phases de conception et de réalisation. A terme, les 15 000 personnes vivant dans le quartier de Bhashantek auront accès à des toilettes hygiéniques et durables, à raison d’une toilette pour une douzaine de personnes (contre 20 à 50 actuellement). L’accès à l’eau et à l’électricité sera assuré à l'intérieur de chaque bloc pour améliorer les conditions d’hygiène et de sécurité, et une 1 toilette sur 3 sera accessible aux personnes à mobilité réduite et aux enfants. Enfin, les blocs sanitaires réhabilités seront adaptés aux femmes pour leur permettre notamment une bonne hygiène menstruelle.

En promouvant, depuis 2008, l’accès à l’assainissement, Eau et Vie contribue à l’amélioration des conditions de vie des populations et inscrit ses actions dans au moins 1 des Objectifs de Développement Durable :

• Objectif 6 : Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau. D’ici à 2030, 6.1) assurer l’accès universel et équitable à l’eau potable, à un coût abordable ; 6.2) assurer l’accès de tous, dans des conditions équitables, à des services d’assainissement et d’hygiène adéquats et mettre fin à la défécation en plein air, en accordant une attention particulière aux besoins des femmes et des filles et des personnes en situation vulnérable ; 6.3) améliorer la qualité de l’eau en réduisant la pollution, en éliminant l’immersion de déchets et en réduisant au minimum les émissions de produits chimiques et de matières dangereuses, en diminuant de moitié la proportion d’eaux usées non traitées et en augmentant considérablement à l’échelle mondiale le recyclage et la réutilisation sans danger de l’eau ; 6.6.b) appuyer et renforcer la participation de la population locale à l’amélioration de la gestion de l’eau et de l’assainissement.